mardi 27 janvier 2015

Etes-vous prêt pour l'ERP en mode Cloud/SaaS ?


Les grands acteurs d'ERP (SAP, Oracle, Infor, Sage, Microsoft ...) poussent de plus en plus leurs solutions Cloud, au détriment de celles qui sont proposées On Premises, et qui pour eux font partie de la Transformation Numérique que doivent inévitablement opérer les entreprises.

Je parle ici des solutions applicatives commercialisées en SaaS (Software as a Service), c'est-à-dire la location de fonctions logicielles par Internet, à l'opposé de celles qui sont commercialisées sur le mode licence et support quel que soit le mode d'hébergement.

En principe, l'entreprise paye uniquement les fonctions logicielles mises à jour régulièrement dont elle a besoin pour une durée déterminée.

Ces applications sont souvent proposées dans le Cloud sur des environnements partagés avec d'autre entreprises (Public), ou dans un environnement dédié à l'entreprise (Privé).

Ce modèle paraît séduisant parce qu'il permet de bénéficier d'une version actualisée de l'application, avec  donc les dernières corrections et nouveautés, pour des fonctions réellement utilisées, et grâce aux économies d'échelle liées au Cloud, pour un coût de possession (TCO) mieux maîtrisé.

Mais est-ce réalisable pour un ERP dont les fonctions standards utilisées représentent 40 à 60% de l'application, le reste étant des fonctions spécifiques développées dans l'ERP, et les nombreuses interfaces reliant des applications métier ou spécialisées ?

Est-ce que les éditeurs proposent réellement des fonctions à la demande avec des prix nettement moins chers que le modèle licence et support ?

Il conviendra donc avant tout de bien connaître l'utilisation de son ERP (fonctions standards et spécifiques, et interfaces), et son coût de possession réel (application, plateforme et infrastructure).

Ensuite, il faudra bien regarder les fonctions et le coût de la solutions proposée par l'éditeur, en y ajoutant le coût du projet de migration (reprises de données, développement spécifiques et interfaces, et conduite du changement notamment), et l'estimation du coût de possession de la part non comprises dans la solution de l'éditeur (fonctions spécifiques et interfaces).

Le passage vers un ERP sur le Cloud est aussi l'occasion, comme pour les migrations liées aux versions majeures de votre ERP, de maximiser l'utilisation les fonctions standards, et d'optimiser ainsi le coût de possession, à condition d'avoir un pilotage serré du projet, et une conduite du changement bien adaptée.

Quelques articles récents:




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire